Nina et Romina, coordinatrices au sein du programme de développement personnel pour enfants Panal

Panal est né en 2014 pour contribuer à l’éducation des enfants grâce à un programme extra-scolaire de développement personnel. Évolution des mentalités, persévérance et travail collaboratif sont à la base du plan de formation de l’organisation. Cet apprentissage est d’une importance cruciale car c’est à ce moment là que les jeunes construisent leurs trajectoires de vie. Panal invite donc les étudiants à une « action de changement », pour pouvoir accéder au bien-être, agir dans la société et s’adapter au marché du travail. C’est ainsi que nous avons rencontré Nina, ancienne professeure pour le réseau Enseña Chile et Romina ex-mentor, devenuent toutes deux coordinatrices de l’organisation.

Comment, par un changement de mentalité, les jeunes peuvent-ils construire leurs projets de vie ?

En 2011, un mouvement étudiant porté par la jeune génération se mobilise pour une éducation gratuite et de qualité. En effet, instauré sous la politique de Pinochet, l’enseignement au Chili n’est pas égal. Les familles aisées peuvent payer pour envoyer leurs enfants dans des écoles privées et les parents les plus modestes doivent débourser des sommes exorbitantes pour leurs enfants. Les familles les plus pauvres n’ont pas d’autres choix que de les inscrire dans des écoles publiques de mauvaise qualité. Il y a donc une vraie ségrégation sociale dès le plus jeune âge dans le pays.

En 2012, une groupe de professionnels de la fondation Enseña Chile émet un constat. À cause de la charge de travail très importante et des priorités scolaires de l’enseignant pour les résultats scolaires, les étudiants développent de plus en plus une attitude passive envers l’enseignement. Panal prend alors vie, pour répondre à ces problématiques. Le programme s’adresse aux étudiants âgés de 13 à 17 ans qui étudient dans une école avec un pourcentage d’élèves en situation de vulnérabilité scolaire égal ou supérieur à 60%.

Pour mieux comprendre les axes de développement personnel de Panal, nous avons participé à une session avec les volontaires.

Comment se déroule une session et qu’apporte-t-elle aux enfants ?

“Tu me dis, j’oublis. Tu m’enseignes, je me souviens. Tu m’impliques, j’apprends”. Benjamin Franklin

En arrivant sur les lieux ce samedi matin pluvieux, encore un peu dans les bras de morphée nous ne savions pas trop à quoi nous attendre. Devant nous, se tenait une grande université, mais c’était des enfants qui couraient dans la cour, défiant le froid et la fatigue. Ils étaient environ une cinquantaine. Un peu timide au début, nous sommes directement accueillies par les bénévoles qui nous mettent à l’aise immédiatement.

Dans l'atelier de Wekoffee

La session commence sur le thème de la connaissance de soi. Angela, la speakeuse, anime toute la séance et introduit cette dernière en interrogeant les enfants “Qui se connaît à 100% ?”. Le ton est donné. Nous comprenons que tout est fait pour accélérer le développement personnel de l’enfant et que le but ultime est de générer une action de changement chez chacun des jeunes. Elle exposera par la suite une étude montrant que chaque enfant est unique. C’est donc le “moi” et l’acceptation du “moi” dans la société qui est mis en avant.

Par la suite, ils se réunissent en communauté de 5 ou 6 et un mentor les accompagnent dans leur réflexion. Premier exercice, identifier les qualités chez l’autre puis par la suite les énoncer à l’oral. Les jeunes sont surpris d’entendre des qualités qu’ils ne pensaient pas détenir. C’est le but de cet atelier, améliorer la confiance en soi de l’enfant. Les jeunes doivent réfléchir à qui ils sont réellement en se basant sur des notions de valeurs, intérêts, qualités et points d’amélioration. Pour des adolescents, souvent mis à l’écart dans les classes et ayant une confiance en eux souvent faible, l’exercice paraît compliqué. Cependant, ces derniers ne se démontent pas et tout en restant objectifs parviennent à trouver des qualités.

Dans l'atelier de Wekoffee

Les bénévoles invitent ensuite les jeunes à travailler en groupe en s’écoutant et en trouvant des solutions ensemble. Le but est de montrer que la communication est la clé de la réussite et qu’ils peuvent faire de grandes choses en travaillant ainsi, main dans la main.

L’ultime étape est l’action de changement, fil rouge des 6 sessions. Après avoir identifié ensemble un problème au sein de leur collège, ils montent en groupe un plan d’action pour y répondre.

Il est 14h quand nous sortons de l’université. La générosité, l’accueil et le positivisme des enfants comme des bénévoles nous a permis de passer un moment riche en apprentissages. Les mentors sont ravis de venir deux samedis par mois, s’occuper des enfants et les voir évoluer au fur et à mesure. Il y a un véritable partage et une véritable écoute car ce sont les adolescents, qui, à la fin de chaque séance évaluent la session. Ce programme est instauré pour les enfants afin que ces derniers puissent développer une attitude proactive et positive, et puisse grandir et devenir des citoyens engagés en faveur d’un pays plus égalitaire et positif.

Pour aller plus loin

Plus de détails sur l’organisation Panal sur le site internet et la page facebook.

2017-09-12T22:46:35+00:00 12 septembre 2017|Chili, Social|