Mélanie et Bob, couple franco-haïtien, fondateurs de l’association de migrants Mawon

Le couple franco-haïtien a vécu pendant 7 ans à Haïti. Mais en 2010, avec les catastrophes naturelles Mélanie et Bob n’ont pas d’autres choix que de quitter le pays et de venir s’installer au Brésil, à Rio de Janeiro. C’est ainsi que nous avons eu la chance de les rencontrer et partager avec eux un repas entièrement haïtien dont les bénéfices sont directement reversés à l’association Mawon. Nous nous sommes donc rendues dans un restaurant partagé nommé Co.Zinha où chaque jour de la semaine un chef différent élabore son menu. Ainsi, réunis autour d’un repas, nous avons discuté de l’intégration des haïtiens au Brésil grâce à l’association.

Comment promouvoir les droits et l’intégration des haïtiens dans la société brésilienne ?

En 2010, avec l’arrivée des grands évènements sportifs comme la coupe du monde ou encore les jeux olympiques, un besoin de main d’oeuvre était nécessaire. C’est ainsi que les haïtiens, fortement frappés par les catastrophes naturelles dans leur pays sont arrivés souvent par voies illégales au Brésil, pour répondre à la forte demande. Le Brésil est alors en pleine croissance. Mais en 2016, tout s’effondre avec la fin des jeux olympiques qui crée de nombreux problèmes internes dans le pays. Le grand flux migratoire haïtien engendre de nouveaux débats sur la migration.

Dès leur arrivée à Rio, Mélanie et Bob s’intègrent à une ONG afin de promouvoir les droits et l’intégration de ce peuple vulnérable dans la société. L’objectif est de promouvoir le débat sur la mobilité humaine en tant que facteur de diversité et de renouveau social, économique et culturel.

Depuis peu, ils développent leur propre projet, Mawon. Que veut dire Mawon ? Du créole “marron”, le nom de l’association met l’accent sur les différences et le mixage de couleurs, mais aussi la résistance et le rassemblement afin de créer un nouveau projet de vie. Actuellement 11 volontaires de tout horizon font vivre l’association.

Dans l'atelier de Wekoffee

Une méthodologie à part : indépendante, itinérante et innovante

Aujourd’hui Mawon ne bénéficie pas de subventions ni de dons. Le couple franco-haïtien à fait le choix d’être complètement indépendant.

L’association se concentre sur la diversité et l’intégration à travers l’abordage culturel et l’éducation afin d’informer et de sensibiliser les personnes. Ils partent à la rencontre des haïtiens et les accompagnent dans la société avec des cours de langues et un accompagnement administratif. Mawon propose aussi des activités culturelles pour permettre aux personnes de s’insérer dans la société grâce leurs compétences. Ainsi, ils travaillent main dans la main avec les fonctionnaires de la santé, des droits humains et de l’assistance sociale.

De plus, Mawon n’a pas de siège social. Le couple a fait le choix d’être itinérant pour promouvoir au mieux la mobilité. Ce sont donc eux qui vont à la rencontre des gens et non l’inverse. Le but est de créer des points de rencontres et une routine près de chez eux.

Le focus est mis sur les mots qui ont une importance cruciale dans l’association, ce ne sont pas des migrants ou des réfugiés mais bien des personnes à part entière.

L’association continue à se développer et ne manque pas d’imagination. A partir de l’année prochaine, des cours d’entreprenariat vont être proposés aux personnes afin de contrer le chômage à Rio de Janeiro.

Pour en savoir plus

Retrouvez plus de détails sur la page Facebook de Mawon.
La question de la migration est aussi au coeur des débat en France. De nombreuses associations sont présentes dans le pays comme Singa qui propose de recréer du lien social entre les personnes réfugiés et la société.

2017-12-10T17:25:02+00:00 10 décembre 2017|Brésil, Social|