Mateo et Eric, ingénieur et étudiant en médecine, initiateurs de Po Paraguay

Au Paraguay, de nombreuses personnes ont besoin d’une prothèse de bras ou de main suite à un accident du travail, de la route ou à une malformation de naissance. Une prothèse élaborée, c’est à dire mobile, est un véritable objet de luxe dans un pays où le revenu minimum est de 400$. Eric, Fernando et Mateo souhaitent utiliser la technologie de l’impression 3D pour les rendre accessibles au plus grand nombre. Ce ne sont pas des prothèses qu’ils créent mais des PO (qui signifie “main” en Guaraní, seconde langue du pays), colorées, technologiques et objet de fierté pour son utilisateur. Ils sont jeunes, passionnés de technologie et nous avons eu la chance de les rencontrer au sein de leur locaux à Asuncion.

Comment développer un projet open source qui bénéficie au plus grand nombre tout en ayant un modèle économique viable ?

Eric et Fernando sont amis de toujours. Le grand rêve Po a commencé lorsqu’ils découvrent sur Youtube une vidéo du Soudan qui présente une prothèse de main en impression 3D destinée à un enfant qui n’en avait plus. Tous deux passionnés de technologie et conscients du besoin existant dans leur pays, ils commencent à faire des recherches sur le sujet.

Ils rejoignent un groupe online de 100 personnes qui partagent leurs connaissances autour de l’impression 3D de prothèses et se portent volontaire au sein de celui-ci.

C’est dans le patio de la maison de Fernando qu’ils impriment la première PO. En octobre 2014, ils la présentent à une jeune fille de 15 ans. Ce fût seulement un prototype, mais ils ont tout de suite pu voir à quel point cela pouvait changer des choses dans la vie quotidienne d’un utilisateur.

Ils gagnent ensuite un concours auprès d’un incubateur, ce qui leur permet d’avoir leur premiers locaux et de constituer un équipe. C’est à ce moment là que Mateo rejoint le projet avec l’envie de mettre ses compétences en ingénierie au service de la société.

Dans l'atelier de Po Paraguay

L’ensemble des designs sont disponibles en open source sur le site spécialisé en impression 3D Thingiverse. Avec ces designs, chacun peut imprimer sa PO grâce à une imprimante 3D.  

Jusqu’à présent, Po Paraguay ne vit que de donations. L’utilisateur a accès à une PO gratuitement et à distance. Pour éviter les multiples déplacements, l’utilisateur prend contact avec Po Paraguay via Facebook et envoi une photo avec les dimensions. Le design sur-mesure est ensuite réalisé, la PO imprimée et l’utilisateur peut venir la récupérer. Le tout en seulement une semaine.

La volonté de Po Paraguay est de créer un modèle économique viable. Ils souhaitent changer la façon dont l’utilisateur reçoit la PO, faire en sorte qu’elle soit sienne. Ils monétisent ainsi la production complète de la PO ou seulement du design sur-mesure. Les PO restent très accessibles et les utilisateurs peuvent la payer en autant de fois qu’ils le souhaitent.

Le prochain challenge de Po Paraguay : réussir à créer une communauté d’utilisateurs internationale. À l’échelle du Paraguay, les utilisateurs se sont naturellement rassemblés afin d’échanger bonnes pratiques et conseils sur l’utilisation de leur PO.  

Aujourd’hui c’est 140 personnes au Paraguay qui sont fières d’utiliser une PO et peut-être autant dans le monde grâce à la puissance de l’open source et à l’accessibilité de la technologie.

Pour aller plus loin

Retrouvez Po Paraguay sur Facebook et leur site Internet.

Si vous souhaitez en apprendre plus sur l’impression 3D nous vous invitons à rejoindre la communauté francophone de l’impression 3D qui partage de nombreuses informations et savoirs sur le sujet.

2017-10-21T00:04:36+00:00 21 octobre 2017|Economie durable, Paraguay, Social|