Marco, créateur de la plateforme virtuelle FabLab Bolivia Verde

Créateur d’une entreprise de logiciels, Marco a délaissé sa première aventure entrepreneuriale pour se lancer dans la création du premier FabLab de Bolivie en 2011. Soucieux des problématiques environnementales mondiales, il développe par la suite le concept de FabLab Verde, qui se veut entièrement écologique pour pouvoir proposer des solutions en faveur de l’auto-suffisance alimentaire et énergétique, mais aussi créer une communauté mondiale. Actuellement, 60 personnes font parti de l’aventure des FabLabs Verde dans 10 pays à travers le monde.  

Qu’est-ce qu’un FabLab Verde ?

Dans le monde d’aujourd’hui, de plus en plus de FabLabs se créent pour répondre à la nouvelle révolution industrielle.

Pour mieux comprendre le concept de FabLab Verde, il faut dans un premier temps comprendre ce qu’est un Fab Lab : « Un FabLab est un lieu ouvert au public où il est mis à sa disposition toutes sortes d’outils, notamment des machines-outils pilotées par ordinateur, pour la conception et la réalisation d’objets. »

Face à la crise sociétale et environnementale, ces derniers apportent des réponses à nos paradigmes d’innovation, de production tout en exigeant de nouveaux modèles de gestion. Ils permettent également de lutter contre l’obsolescence programmée initiée par les grandes entreprises en donnant la possibilité à chacun de créer ses propres objets. 

Le FabLab Verde se concentre, lui, sur la thématique écologique avec la permaculture afin que la population puisse atteindre l’autosuffisance alimentaire grâce aux transferts de technologies. Le FabLab Verde, crée par Marco est un projet environnemental axé sur l’autogestion et permettant d’incuber des projets technologiques durables et au service de la société. Il veut donc utiliser les machines d’un FabLab pour construire une « grange éco-systémique » en open source qui ne produit pas de déchets et où les utilisateurs puissent vivre en communauté. 

Dans l'atelier de Wekoffee

Comment s’organise un FabLab Verde ?

Le concept d’open source et de réseau est la philosophie même de la construction et de l’organisation du FabLab Verde. Ce dernier donne la possibilité d’un partage de connaissances pour pouvoir créer des technologies innovatrices. L’objectif principal : que la population bolivienne mais aussi celle du monde entier puisse devenir autosuffisante. 

C’est grâce à l’économie collaborative et circulaire, à des informations en open source et à un réseau dans le monde entier que des solutions pour l’environnement peuvent être trouvées.

C’est ainsi que Marco nous a invité à participer à une rencontre entre 3 acteurs boliviens faisant parti du FabLab Verde : 

  • Manue Laredo, directeur d’Aguayo qui est un centre de développement technologique, nous a présenté son projet Mamut. En utilisant des pneumatiques recyclés, ils les convertissent en revêtement amortissants pour des parcs infantiles. Ce dernier nous explique qu’à travers son entreprise, il veut montrer que les déchets présentent un problème mondial mais que des solutions existent pour les utiliser comme une ressource qui améliore la qualité de vie de la population.
  • Carlos Acevedo, doctorant au sein du programme d’innovation UMSS, qui est un programme universitaire de recherche souhaitant développer la culture de l’innovation au sein même des universités pour que les étudiants une fois sur le monde du travail, puissent répercuter cette culture dans les entreprises et ainsi avoir un plus grand impact sur la société bolivienne. 
  • Enfin, Arnold Brouwer de la fondation Alerta Verde travaille depuis 10 ans sur des programmes d’éducation environnementale en particulier à travers les potagers urbains pour inciter la population bolivienne à l’alimentation saine. 

Un FabLab Verde qui répond aux problématiques de la société actuelle 

Pour créer et continuer de développer le FabLab Verde, Marco travaille continuellement sur deux scénarios :

D’un côté, il prend en compte le scénario négatif du changement climatique qui est un problème majeur concernant le monde entier. Le concept de FabLab Verde apporte donc des solutions concrètes face à ce problème. De plus, la perte d’autonomie citoyenne et la négativité ambiante de la population quant à la société en général et à l’environnement, a été prise en compte par le fondateur. Grâce à sa plateforme virtuelle, il donne la possibilité à la population de créer leurs propres technologies pour devenir autosuffisant. C’est donc face au danger que de nouveaux systèmes se développent pour participer à la construction d’une nouvelle société. 

Mais il y a aussi un scénario plus optimiste, qui consiste en l’émergence d’une communauté holistique où les gens développent de plus en plus d’innovations en faveur d’un monde plus humain et plus écologique pour pouvoir vivre plus sainement. Une prise de conscience mondiale avec l’auto-affirmation entraine donc l’autosuffisance matérielle.

L’objectif principal de Marco est donc de déclencher et de coordonner un processus participatif à l’échelle mondiale et une application locale immédiate pour un changement vers une société avec des connaissances en open source, ouverte sur le monde et autonome. 

Pour aller plus loin :

Retrouvez le FabLab Bolivia sur Facebook :

En France, de nombreux FabLab voient le jour. La communauté MakerTour documente et partage la diversité des ateliers collaboratifs dans le monde. En 2015, les cofondateurs sont partis en expédition pendant 6 mois en France et en Europe afin de recenser 50 fablabs. Une équipe est actuellement en Asie, pour un MakerTour de 8 mois afin de référencer 50 ateliers à travers le continent. 

Vous pouvez aussi retrouver tous les FabLabs près de chez vous avec le Réseau Français des Fablabs

2017-08-15T18:08:31+00:00 4 août 2017|Bolivie, Economie durable, Environnement|