Ludovic, comédien et animateur radio engagé, initiateur du village collaboratif d’Horcón

Ludovic nous a ouvert les portes de son petit coin de paradis situé à Horcón sur la côte chilienne. Ici, les vagues déferlent sur la falaise, le soleil se couche dans l’océan et les réveils sont doux. Des heures durant nous avons écouté ses histoires passionnantes. Celle que nous vous partageons aujourd’hui, c’est son projet de village collaboratif, fruit d’une réflexion qu’il mène depuis plusieurs années sur les enjeux environnementaux et sociaux de notre monde.

D’aventures en aventures, de rencontres en rencontres, une prise de conscience plus tard, Ludovic s’est engagé dans l’écologie sociale.

Certains qualifierons Ludovic de rêveur, d’autres de visionnaire. Pour vous faire votre  propre idée, rien de mieux que de vous conter son histoire. Né sur l’île de la Réunion, il s’est depuis enfant interrogé sur les questions de gouvernance et d’ordre social. “À l’âge de 13 ans, j’ai écrit un poème qui relate ce que je suis en train de développer aujourd’hui”. Ludovic a boudé l’école pour se lancer dans de nombreuses aventures entrepreneuriales : des écoles de théâtre, un restaurant, une agence de communication et même un site de rencontres !

C’est un agriculteur qui l’a mené à s’intéresser de plus près aux sujets sociaux et environnementaux. Animateur radio pour France TV, il a ainsi reçu cet homme qui lui a expliqué ne pas consommer les aliments qu’il produisait. Aliments qu’il qualifiait même de “poison”. Ludovic a voulu constater par lui même l’étendu de la catastrophe écologique que traverse notre planète lors d’un premier grand voyage : Las Vegas, Mexique, Chine…

De retour à La Réunion, il crée un groupe Facebook intitulé “La Républik Utopik, le parti de ceux qui n’en ont pas” afin de réunir des gens autour de ces thématiques. Avec eux, il crée un centre d’agroculture composé d’un jardin partagé et de cours de théâtre. “La plupart des gens sont contre le capitalisme, mais ils ne le savent pas encore.”

C’est lors d’un second voyage en Argentine que Ludovic va s’intéresser de plus près aux lieux de vie alternatifs. Très vite il se demande pourquoi ces expérimentations sociales ne sont pas devenus des endroits de lumière et ne réussissent pas à se répliquer à grande échelle. C’est en cherchant les zones d’ombres à améliorer qu’il se lance dans l’écriture d’une conférence intitulée “Sauvez l’humanité à défaut de sauver la planète” qui jète les bases de son projet de village collaboratif.

Village collaboratif Horcon, Chili

Mais alors c’est quoi exactement un village collaboratif ?

Il s’agit de créer un environnement à l’intérieur duquel l’être humain peut vivre de façon plus juste, digne et humaniste. Il propose de recréer un paradigme complet basé sur le “nous” et le vivre-mieux.

Ludovic s’intéresse surtout à la masse des non-convaincus en créant un lieu de vie qui puisse intéresser le grand public : moderne, résiliant, reproductible et commercialement attractif. Il a choisi de s’implanter à Horcón pour son accessibilité et la disponibilité d’un bassin de clients (mais aussi pour sa beauté incroyable !). “Le Chili est un pays intéressant car il a un pied dans le premier monde et un pied dans le tiers monde.”

Premières maisons de l'éco-village Horcon

Ce village collaboratif sera composé de deux entités : une entreprise et une association qui porte la coopérative.

La première étape est de former un petit groupe afin d’écrire les fondements du village, “la bible constitutionnelle”. L’idée est de rédiger un cahier des charges afin que le projet soit facilement reproductible.

Le micro-village sera composé de petites maisons et d’espaces de collaboration. Afin d’ouvrir le lieu au plus de personnes possible, les habitants ne pourront rester que le temps de leur contrat (de 1 à 3 ans). Ils pourront soit travailler au sein de l’espace de collaboration, soit continuer leur métier actuel, la seule condition : partager son salaire avec tous. Ce salaire sera ensuite redistribué en un revenu universel inconditionnel séparé en logement, nourriture, vêtements et deniers (avec pourquoi pas une monnaie locale). Ouvrir le lieu au public en proposant des ateliers, de la vente de produits locaux, est fondamental pour Ludovic afin de montrer qu’il est possible de vivre différemment.

« Tous les pas que tu fais, tu les fais pour ceux qui n’ont pas conscience ou pour ceux qui n’ont pas la parole. »

Pour aller plus loin

Si cette introduction au village collaboratif de Ludovic vous a intéressée, ce dernier se fera un plaisir de vous en dire plus. Vous pouvez prendre contact avec lui à travers la page Facebook de l’éco-hostel déjà ouvert sur son terrain d’Horcón. Et si l’aventure vous tente, il n’attend que vous pour rédiger la bible constitutionnelle de son projet !

2017-09-10T19:06:10+00:00 10 septembre 2017|Chili, Economie durable, Environnement|