Vous êtes ici : Accueil » Environnement » Vojin, activiste environnemental et créateur de Factory of Joy

Vojin, activiste environnemental et créateur de Factory of Joy

À Čelinac, une petite ville proche de Banja Luka au nord de la Bosnie-Herzégovine, Vojin collecte, préserve et fournit les semences anciennes. C’est l’histoire de “Factory of Joy”, qui agit pour une alimentation saine et non-chimique ainsi que pour le maintien des traditions.

Préserver les semences anciennes : une “urgence”

Depuis la fin de la guerre en 1999, le marché s’est ouvert en Bosnie-Herzégovine : les habitants ont commencé à moins produire leur nourriture et à utiliser des produits chimiques. En 2015, après une année de recherches comparatives sur la présence de nourriture écologique en Bosnie-Herzégovine et en Croatie, Vojin découvre qu’au cours des 80 dernières années, “93% des anciennes variétés produites par nos ancêtres ont disparu pour toujours”. De plus, “nous nous sommes rendu compte qu’à Banja Luka, il était impossible de se nourrir essentiellement d’aliments non-traités chimiquement pendant deux jours de suite”. Alarmé par ces résultats, il voit alors deux urgences : “préserver les semences anciennes mais aussi les techniques agricoles traditionnelles ”.

Par “semences anciennes”, l’on entend celles qui sont cultivées depuis 50 ans ou plus dans un même environnement et qui ont gardé toutes les caractéristiques “parentales” – en opposition à celles dites “hybrides”, qui résultent d’un croisement entre deux espèces, croisement qui peut être naturel ou réalisé par l’Homme. Puisqu’elles se sont adaptées au climat au fil des années, elles ont développé des mécanismes de défense et sont donc très résistantes aux maladies et aux parasites potentiels. Elles sont également bien plus nutritives : “ 6 pommes d’une variété conventionnelle apportent autant de nutriments qu’une seule pomme cultivée à partir d’une semence ancienne”, précise Vojin.

Vojin_Factory_of_Joy

La coopération et le lien social au coeur de la grainothèque

La grainothèque de Factory of Joy recense plus de 500 variétés de semences anciennes. Vojin se spécialise principalement sur les légumes mais collecte également quelques herbes aromatiques, variétés de blés et de fleurs. Il est en effet “préférable de cultiver des légumes aux côtés de fleurs, car les espèces se protègent entre-elles”, explique-t-il. Vojin coopère également avec d’autres experts et passionnés, et créé un réseau pour répondre au mieux aux besoins de chacun, que ce soit en approvisionnement en semences anciennes de fruits ou de céréales.

Le but étant de “collecter, préserver et fournir” les semences anciennes, Vojin en reçoit et en expédie régulièrement aussi bien vers la Bosnie-Herzégovine que vers d’autres pays. En outre, chaques graines envoyées sont accompagnées d‘un maximum d’informations : le nom de la variété, son origine mais aussi la personne qui l’a fournit à la grainothèque. En plus de promouvoir une culture plus saine et traditionnelle, elle permet alors de créer un lien entre les gens – un point important en Bosnie-Herzégovine, un pays longtemps divisé.

De projet à entreprise sociale

En plus de la grainothèque, Factory of Joy propose des ateliers pratiques, des conférences et offre des conseils sur les méthodes naturelles et traditionnelles de culture et de conservation des semences. Des actions de sensibilisation auprès des enfants sont aussi organisées dans les écoles.

Bien que les activités soient multiples, Vojin prend actuellement un peu de recul et se concentre davantage sur la transformation de son projet en entreprise sociale. Il peut alors compter sur sa famille et ses amis pour l’aider, tandis qu’il se forme au travers de coachings et ateliers, notamment à l’élaboration d’un business plan. Il souhaite ainsi faire de Factory of Joy un lieu offrant de bonnes conditions salariales, portant des valeurs environnementales fortes, tout en tirant des bénéfices financiers pour vivre de son activité.

Suivez les activités et l’évolution de Factory of Joy sur leur page Facebook.

2019-05-14T23:52:47+00:00 14 mai 2019|Bosnie-Herzégovine, Environnement, Social|