Vous êtes ici : Accueil » Environnement » Veronika, artiste plasticienne Pragoise, crée ses œuvres à partir de bouteilles de plastiques usagées.

Veronika, artiste plasticienne Pragoise, crée ses œuvres à partir de bouteilles de plastiques usagées.

Veronika est une artiste plasticienne Pragoise qui réalise des sculptures avec des matériaux qu’elle recycle elle-même. Elle travaille principalement avec des bouteilles de plastiques usagées pour construire différents objets comme des lustres, des animaux ou encore des fausses plantes en plastique.

Une artiste du « PET-Art »

Au début les gens la prenait pour une folle quand ils voyaient que Veronika s’amusait à collectionner de simples déchets dans les poubelles des quartiers de sa ville non loin de Prague. Mais aujourd’hui l’opinion du public à bien changé avec ses nombreuses expositions artistiques un peu partout dans le monde dans des endroits prestigieux tel que le « Printemps » à Paris. Les œuvres de cette plasticienne montrent qu’il est en effet possible de créer des lustres en bouteilles plastiques concurrençant presque ceux qui sont cristal.

Alors non, le mot « PET », de « PET-Art », ne veut pas dire « animal domestique » dans sa version anglaise. « PET » est l’acronyme de « Polyéthylène téréphtalate », le matériau qui compose les bouteilles en plastique. Pour l’artiste, ce sont des ressources précieuses qu’elle récolte et accumule chez-elle afin de réaliser ses sculptures les plus étonnantes les unes que les autres.

Le plastique, un monde fantastique ?

Au tout début, il était difficile pour elle de trouver des bouteilles colorées et de les transformer. Elle n’avait pas la technique qu’elle a acquise au fil des ans jusqu’à aujourd’hui. Personne ne pouvait l’aider car personne n’avait essayé de créer des objets avec ces types de bouteilles. C’était donc une pionnière qui a dû apprendre en autodidacte. C’est par ailleurs une ressource infinie, de couleurs, de formes et de tailles très variées.

Veronika peut même lire l’histoire de notre société à travers nos ordures. Pour sa toute première création par exemple, il était très rare de trouver des bouteilles colorés. Il n’y en avait que des transparentes, des bleues et des vertes. Puis quelques années après il y a eu l’apparition des bouteilles de bières de couleur brune. C’était un grand moment pour elle, même si de nos jours il y en a plein partout. Enfin, il y a à peu près dix ans, les producteurs de boissons se sont mis à faire la compétition en réalisant des éditions limités pour attirer toujours plus de consommateurs. C’est à ce moment-là qu’elle a vu des couleurs extraordinaires comme des bouteilles opaques roses, rouges, or ou même noires qui ont totalement disparu aujourd’hui.

Des œuvres symbolisant nos ordures

Pour Veronika, le sujet des déchets plastiques dans la société est une question très compliquée. Le matériau en lui même, le PET est de grande qualité : solide, résistant, léger et très bien recyclable, qu’il ne faut pas jeter n’importe où. Une bouteille peut servir plusieurs fois, il n’est pas nécessaire d’en acheter pour un usage unique ce qui malheureusement est bien souvent le cas. À travers son travail, elle leur donne une vie aussi longue, voir même plus longue, que si elles avaient fini dans des bennes à ordure.

La plasticienne nous rappelle que les bouteilles en plastiques ont amélioré la vie d’une grande partie de la population mondiale. En Afrique notamment ces bouteilles ont révolutionné la vie quotidienne en apportant de l’eau potable facilement transportable. Ce sont des objets beaucoup moins lourds que les bouteilles en verres, mais qui symbolisent malgré-elles les ordures de manière générale. Ce qui dérange l’artiste c’est surtout les marchandises sur-emballées de plastique qui, selon elle, sont complètement inutiles et difficilement recyclables

Un problème mondial

L’avantage pour elle, c’est que cette ressource existe partout dans le monde. Et à chaque fois ils diffèrent légèrement d’un pays à l’autre en particulier au Japon où la créativité des usines de plastique est sans limite ! Veronika n’a donc pas le temps de s’ennuyer, puisqu’elle peut pratiquer son art partout dans le monde avec toute cette diversité qu’elle trouve gratuitement. Elle est également assez active, en exposant fréquemment ses sculptures plastiques dans des galeries et en organisant régulièrement des ateliers dans lesquels elle explique ses techniques pour déformer le plastique en le chauffant. C’est à travers ces mêmes ateliers qu’elle espère provoquer la créativité du public tout en le sensibilisant à la question des déchets.

Aillant presque toujours eu de bonnes réactions auprès du public, même de ceux qui ne s’intéressent pas à l’art, la plasticienne a toujours pleins d’idées dans la tête avec ses thèmes favoris tels que les lampes, les lustres mais surtout la vie sous-marine. Un comble quand on pense à la pollution des océans par les plastiques !

Pour en savoir plus sur les travaux de Veronika, pour voir plus de photos de ses œuvres, rendez-vous sur son site officiel :

www.veronikarichterova.com/en/

2019-08-15T14:47:14+00:00 15 août 2019|Artistique, Environnement, République Tchèque|